Sommaire :

Comme de nombreux parents vous avez du mal à comprendre toutes les aides financières possibles pour l’emploi d’une baby-sitter. Pourtant elles peuvent financer quasiment l’intégralité du coût de votre garde d’enfants à domicile.

Il a fallu beaucoup de patience aux experts Nounouland pour les décrypter et les rassembler simplement dans cet article. Vous y trouverez tout ce qu’il faut savoir pour financer au mieux le coût d’un intervenant à domicile. Ils ont épluché touts les tarifs et les textes de loi pour que vous compreniez le prix du baby-sitting de façon plus simple. Et, cerise sur le gâteau nous avons mis à votre disposition un outil pour simuler combien coûte une babysitter.

Simulez le coût de votre babysitter

en couple parent isolé
Département
Nombre d'heures par mois
Nombre d'enfants
Age du plus jeune
Revenu annuel du foyer

Quel est le coût d’une babysitter ?

Le coût d’une baby-sitter varie entre 97 centimes et 12,50 euros de l’heure. Cette différence dépend de nombreux paramètres : vos besoins, votre exigence en terme de baby-sitting et votre situation familiale.

Mais ce sont principalement les aides auxquelles vous pouvez prétendre qui vont faire la différence. En effet elles varient de 0 à 92,5 % des frais de garde d’enfants.

C’est la politique d’aide à la petite enfance et généralement des services à la personne voulue par l’état Français depuis 2005 qui permettent d’accéder à ces avantages. Pour calculer combien coûte une babysitter il faut tenir compte des ces avantages financiers.

Récemment la loi a évoluée afin que ces aides soient revues à la hausse particulièrement pour les parents isolés. Ce texte devait favoriser l’accès à l’emploi des mères célibataires, mais rassurez-vous les pères célibataires y ont tout autant le droit.

Comment calculer combien coûte une baby-sitter ?

Le coût d’une baby-sitter n’est pas la somme que vous allez la payer, mais ce qui restera vraiment à débourser de votre poche. Pour calculer combien coûte une babysitter et établir votre budget baby-sitting, il faut partir de son salaire brut, ajouter les charges, et déduire les différentes aides de l’état.

Combien coûte une babysitter

Les aides financières de l’état

La garde d’enfants à domicile plus communément appelée baby-sitting ouvre droit à plusieurs aides cumulables. Selon les situations, la CAF, l’URSSAF et les Impôts vont participer au financement du coût du babysitting. Le total de ces aides peut atteindre 92,5 % du montant des frais de garde pour les enfants de moins de 6 ans. Il se réduit à 50 % passé cet âge.

La CAF au travers du « complément mode de garde » (CMG) finance jusqu’à 85% de vos frais de garde d’enfants à domicile. Vous aurez droit à cette aide si le plus jeune de vos enfants à moins de six ans. La CAF met habituellement trois semaines à verser le montant de la CMG. Tenez en compte pour calculer votre budget baby-sitting.

L’URSSAF fait cadeau d’une partie des charges aux parents employeurs. Elle applique un abattement sur les charges patronales. Le montant de cette aide est plafonné à 2 euros de l’heure.

Les impôts sont le dernier maillon de la chaîne des aides financières à la petite enfance. Le crédit d’impôts de 50 % pour les frais de garde de jeunes enfants est plafonné à 7 500 € la première année mais peut être majoré à 9 000 € en fonction du nombre d’enfants de votre famille. Ce crédit vous sera versé ainsi :

  • La première année de garde : 100 % en Juillet
  • Les années suivantes : 60 % des frais de l’année précédente versés en Janvier et le le reste en Juillet.

Particulier employeur ou agence de babysitting agréée

Pour avoir recours à une babysitter, deux modes principaux sont possible. Les parents peuvent être l’employeur de l’intervenante. C’est le mode « parent employeur » ou « particulier employeur ». En employant directement la baby-sitter, les parents doivent gérer toute la partie administrative (contrats de travail, déclarations sociales, paies, congés payés, assurances, licenciement, etc...) ainsi que les risques liés à un salarié (accident du travail, maladie, prud’hommes, etc...). De plus son salaire lui est dû en intégralité qu’elle effectue ses heures de travail ou non.

L’autre alternative est l’agence de babysitting. En passant par une agence de garde d’enfants à domicile (agréée par l’état impérativement), les contraintes administratives disparaissent. C’est l’agence de babysitting qui est l’employeur de l’intervenante à domicile. Elle s’occupe des formalités liées à l’embauche, de l’édition des bulletins de salaire, des déclarations mensuelles auprès des différentes caisses, ainsi que de la partie concernant la fin du contrat de travail (solde de tout compte, attestations diverses, etc...). En cas de procédure devant un tribunal, les parents sont entièrement à l’abri du conflit. En effet, l’agence étant l’employeur de la babysitter, c’est elle qui se retrouve devant les Prud’hommes en cas de conflit et non les parents.

Un des avantages que propose certaines agences de baby-sitting (c’est le cas quand vous optez pour le mode agence chez Nounouland), est la facturation réelle des heures de gardes d’enfants à domicile. Même si elle est souvent assortit d’un minimum contractuel, les parents n’ont rien à payer pour les heures de baby-sitting qu’ils n’ont pas consommées.

Hormis pour les gardes d’enfants à domicile de moins de 16h par mois ou pour les enfants de plus de 6 ans, la différence de coût entre les services d’une agence de garde d’enfants à domicile agréée et le mode particulier employeur est minime. Dans la plupart des cas, avoir recours à une agence de babysitting est même plus économique (vous pouvez vérifier avec notre simulateur).

Le salaire de la babysitter

Le tarif d'une baby-sitter dépend de plusieurs facteurs. Quoi qu’il en soit, son salaire ne peut être inférieur au SMIC. Selon l’exigence des parents et les critères qu’ils souhaitent pour leur baby-sitter, c’est principalement l’offre et la demande qui fixeront le salaire brut horaire de la babysitter. De plus les heures de nuits, les dimanches et les jours fériés seront majorés de 15 % à 100% selon la législation en vigueur. Le nombre d’enfants à garder, ainsi que les tâches qui seront demandées à la baby-sitter, comme l’aide aux devoirs par exemple, feront également augmenter le tarif du babysitting.

A Paris, en région Parisienne et dans certaines villes françaises, en moyenne, le taux horaire brut de base d’une baby-sitter est de 11,50 €. Dans le reste de la France le tarif est plus proche de 10,50 €.

Pour connaître le salaire net que cela représente, il faut déduire les charges salariales qui sont approximativement de 23 %. Ce qui représente respectivement 8,86 € net pour les babysitters Parisiennes et 8,08 € net pour celles de province. Pour un salaire horaire au SMIC de 10,15 € brut, cela donne une rémunération de 7,82 € net par heure.

Les coûts supplémentaires à ne pas oublier

En tant que particulier employeur, certaines dépenses ne doivent pas être oubliées. On peut les classer en deux catégories.

Il y a celles qui sont directement liées aux prestations de garde d’enfants. C’est le cas pour les frais de déplacement quand la babysitter utilise son véhicule pour aller chercher vos enfants à l’école par exemple.

Les autres dépenses sont celles qu’on ne peut pas prévoir à l'avance. C’est le cas par exemple quand la baby-sitter n’est pas aussi honnête que vous pouviez le croire. Il arrive fréquemment que des baby-sitters assignent les parents employeurs aux Prud’hommes avec des motifs plus ou moins honnêtes. Ce phénomène a d’abord concerné Paris entre 2010 et 2015 puis s’est propagé un peu partout en France. Des baby-sitters peu scrupuleuses profitent de la méconnaissance des parents en droit du travail. Elles invoquent des motifs qui tiennent plus ou moins la route pour réclamer des dédommagements. Encore aujourd’hui 85% des décisions de prud’hommes sont en faveur du salariée. De nombreux parents ont été condamnés à payer des sommes pouvant atteindre jusqu'à 10 000 euros.

* A jour le 07 Juillet 2020 selon grille des tarifs 2020 ainsi que les textes de la CAF, de l'URSSAF et des Impots.